Chirurgie esthétique: à la banque, de la graisse de la liposuccion

Sera présenté dans les prochains jours, à Rome, à l’occasion du Congrès national de médecine esthétique et de chirurgie, les dernières actualités du secteur: le secteur bancaire de tissu adipeux. En substance, il est désormais possible de mettre dans la banque de graisse, par exemple, avec la liposuccion, et le garder pour de futures interventions.

En fait, vous utiliser les graisses comme agent de remplissage qui est injecté sous la peau pour corriger les imperfections du visage, et même le remplacement de la prothèse, pour une augmentation des seins ou des fesses (lipofilling). Une solution qui est naturel, non-toxique et sans risque de rejet. Aujourd’hui, en outre, il y a une technique particulière, originaire de californie, qui permet de tirer avantage de l’cellules souches où la graisse est très riche, pour obtenir le remplissage que vous résorbe beaucoup moins que dans le passé. En fait, l’un des inconvénients de la greffe de graisse autologue traditionnel est sa tendance à être absorbé par le corps. Avec le raffinement des techniques de maintenant, vous pouvez enfin garder dans le temps (jusqu’à 20 ans),de la graisse, et congelés à 196 degrés en dessous de zéro, dans les vapeurs d’azote gratuitement et de le réutiliser, même après des années d’ajustements, sans recourir à de nouveaux prélèvements, d’économiser du temps et des coûts.

“Donc vous donner au patient à la fois une plaque de pré-payés et naturel et une source naturelle de cellules souches facilement et stockées indéfiniment, toujours disponible pour une utilisation future, que ce soit la chirurgie, pour des raisons d’esthétique,” explique le dr Roberto Scalco, chirurgien esthétique à Rome et Président de l’Association Médicale de la Chirurgie esthétique Avancée, ainsi que le premier chirurgien à avoir effectué un face-lift avec des cellules souches à partir de la graisse. Et le stockage est également possible pour les personnes minces, pour qui il n’est normalement pas possible de faire une liposuccion ou d’un bon de retrait de la graisse, qui peut ne prendre que quelques grammes (typiquement 50), parce que vous pouvez stocker de la graisse et avoir d’amplifier in vitro, grâce aux cellules souches présentes. En Italie, il y a très peu de chirurgiens qui peut pratiquer cette technique, alors que les banques sont, actuellement, seulement le site de l’étranger: la conservation pendant 5 ans coûte environ 950 euros, auxquels s’ajoutent 100 euros pour chaque année subséquente de stockage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^