L’abaissement de la glycémie n’a pas d’incidence sur la fuite de mémoire

L’abaissement de la glycémie, en raison de la consommation de médicaments, n’a pas d’incidence sur la perte de la mémoire. Les traitements administrés pour le traitement du diabète, en particulier chez les patients d’un certain âge, agissent au niveau du cerveau, par exemple, en augmentant de volume, mais pas par la protection de la zone de la mémoire. Les traitements mentionnés sont agressifs, qui ont duré de nombreuses années, avec l’objectif de maintenir les niveaux de glucose sanguin normal.

C’est le résultat d’une grande et importante étude américaine, appelé ACCORD, menée par des chercheurs du Wake Forest Baptist Medical Center en Caroline du Nord. La recherche a impliqué 3 milliers de diabétiques de type 2, avec un âge compris entre 55 et 80 ans, avec des niveaux élevés de glucose dans le sang et un risque élevé de maladie cardiaque. Cette étude est basée sur les effets de l’agressivité de traitements utilisés dans le diabète, dans le respect de la mémoire des patients.

En fait, selon les tests et l’examen préalable des patients avec un diabète de type 2 ont un risque plus élevé, par rapport aux non-diabétiques, la démence et la perte de mémoire. En dépit de la thérapie à être administré à une dose plus élevée, et, par conséquent, représentent une solution agressive, ne va pas améliorer la situation. En fait, les chercheurs ont évalué les résultats d’une étude publiée dans la revue the Lancet, après 40 mois de traitement, les niveaux d’hémoglobine A1c ont été abaissés, le volume du cerveau a augmenté, mais qu’il y avait des avantages à la conservation de la mémoire des patients. C’est pourquoi il est conseillé de traiter le diabète, une alimentation saine, une activité physique régulière, un traitement adéquat et pas agressif, et aussi parce que ce dernier augmente le risque de maladie cardiaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^