L’amniocentèse: risque de fausse couche considérablement réduit

L’amniocentèse, ou dans le liquide amniotique échantillonnage de la femme enceinte afin de déterminer le risque de malformations du fœtus, comme les maladies de l’chromosomes, nous pouvons citer les plus connus, le Syndrome de Down, est considérée comme une pratique qui ne sont pas totalement absents du risque.Cette méthode, qui doit être faite entre le 16 ème et le 18 ème semaine de grossesse, a toujours un risque d’avortement, selon une statistique visée à il y a 40 ans était un avortement sur 200 tests effectués.

Toutefois, à la lumière de la raison, relative à une étude plus récente, ce risque serait abaissé, qui est, ils seraient révélées dans le cadre d’une série qui se veut à la possibilité de subir une fausse couche est aujourd’hui de l’ordre d’un cas sur 1 600 tests effectués.

Les données émergents après l’observation de 3.096 patients ont été soumis à l’amniocentèse et 31.907 enceintes que vous n’êtes pas soumis à cet examen. Eh bien, le résultat a montré que le pourcentage de risque d’aller à l’avortement dans les groupes examinés a été comparable dans les deux groupes, et même le risque de la perte d’un enfant, d’une fausse couche provoquée par l’amniocentèse était égal à ce qui statistiquement sont les femmes enceintes, en l’absence de tout examen de diagnostic.

Source: l’Obstétrique et de la Gynécologie – novembre 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^