L’obésité infantile, blâmer le Nutella?

Pointer le doigt sur l’un des plaisirs dolciare plus délicieux, l’un des symboles les plus savoureux du Made in Italy dans le monde, c’est trop facile: l’obésité infantile est un problème réel qui atteint des chiffres et des taux de diffusion dans les Pays industrialisés, de plus en plus inquiétant. L’urgence sociale et de soins de santé il est, inutile de le nier, mais le prendre avec le pot de Nutella, en le montrant du doigt comme le grand coupable, a été, sans doute, une grosse erreur.

Le Nutella court un grave danger, après la première officielle du Parlement européen à l’introduction de tout autre aliment commercialisé sur le territoire de l’Union, de la meilleur profil nutritionnel. La peur a été soulevé par l’une des parties intéressées, par l’un des pères de la joyau de la confiserie, vice-président du Groupe de Ferrero, Francesco Paolo Fulci, qui lance une sorte d’appel à “le récent vote du Parlement, si elle est confirmée, pourrait mettre le projet de loi sur le Nutella et, non seulement cela, même la grande majorité des produits de la confiserie”. Mercredi, à Strasbourg, le Parlement européen, en session plénière, a rejeté l’amendement déposé par un député, un allemand, dans laquelle il a demandé la suppression de profils d’éléments nutritifs par la législation de l’Europe vise à réguler les renseignements inscrits sur les étiquettes des aliments, à l’intention des consommateurs, et des messages promotionnels.

La proposition d’aujourd’hui est d’éliminer tout type de message promotionnel de l’emballage, mais le risque, comme l’a noté Fulci, “c’est que demain, nous allons écrire, comme sur les paquets de cigarettes: attention il est dangereux, il encourage l’obésité.” Les achats des consommateurs, tout en sachant qu’un pot de Nutella est une bombe potentiel plein de calories et le régime alimentaire parfait n’a pas de sens, peut-être même d’une cuillère, sur une base mensuelle, mais si vous êtes à la recherche pour les coupables de l’obésité infantile, il y a beaucoup de facteurs à évaluer, tels que la sédentarité, l’excès de la télévision et des jeux vidéo, et pas seulement quelques larme sucrée à la règle. Image tirée de: pontedibassano.il

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^