La dépression pendant la grossesse: est-ce la naissance d’enfants en insuffisance pondérale

Appeler enceinte, mais pas pour toutes les femmes, la grossesse est une période de rose: il y a des futures mamans, en fait, qui ont à composer avec l’anxiété et certains avec des vraies formes de dépression. Les questions ne sont pas bonnes, même pas à l’enfant à naître, et sont souvent amplifié par la précarité des conditions de vie et de difficultés.

Il semble, en effet, que les femmes enceintes sont déprimés, tristes, rendre le monde plus facilement, le plus jeune des enfants de la normale et de faible poids à la naissance est un facteur de risque pour la santé du nouveau-né. Un support est un groupe de chercheurs suédois de l’Karolinska Instituet, et les bengalis du Bangladesh Rural Advancement Committee, qui ont étudié 720 femmes du Bangladesh, avec des symptômes d’anxiété et de dépression au cours du troisième trimestre de la grossesse, jusqu’à 6-8 mois après la naissance.

Les scientifiques ont constaté que 18% de la dépression des femmes et 25% de ceux avec des symptômes d’anxiété ont donné naissance à des enfants: “Un faible poids à la naissance est fortement associé à la mortalité infantile, ce qui pourrait déclencher un cercle vicieux, l’aggravation de la santé mentale de la mère et de l’amener dans d’autres parties avec les enfants en insuffisance pondérale,” soulignent les auteurs de l’étude, publiée dans la revue scientifique BMC Public Health. Le problème est particulièrement aigu dans les zones encore peu développés, où les femmes sont à mener la grossesse dans des conditions de pauvreté, et où, d’ailleurs, le taux de mortalité infantile est déjà plus élevé. Cette étude a donc, semble le suggérer, comme une politique de la santé pour réduire la mortalité infantile, d’un plus grand investissement dans des services de soins pour la santé mentale de la future mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^