La maternité, le droit à l’allaitement maternel

Ils sont arrivés dans les années quatre-vingt dans la place de Montecitorio, le 14 novembre dernier, les mères, les militants, qui se sont réunis pour le sit-in de protestation organisé par les associations AICPAM, IBFAN Italie, LLL, MAMI et les pays ACP.

"Le présidium a été organisée pour exiger l’Italie à adopter le Code International de Commercialisation des Substituts du Lait Maternel signé avec l’OMS en 1981, a déclaré Linda Grilli de MAMI – parce que le Gouvernement décide d’un arrêté ministériel qui va bien au-delà des Directives de l’Union Européenne, qu’il va vous inspirer."

"Le lait de la mère à l’expliquer AICPAM, IBFAN Italie et LLL – et" un bien commun que la nature a confié en gestion pour les femmes. Seules les femmes peuvent décider si, où, quand, comment, combien, et combien de temps vous allaitez. Personne ne devrait s’y substituer ou de compromettre leur indépendance. Beaucoup moins de celui qui est motivé par des fins commerciales et à but lucratif, et à remplacer le lait maternel avec des laits, et d’autres aliments et boissons, ou ceux qui vendent les outils de l’administration de ces produits: des biberons et des tétines."

Lors du sit-in ont été recueilli les signatures de remettre au Président de la Chambre, Fausto Bertinotti, et une délégation de la mère a fait une demande à être reçu par le Ministre de la Santé, Sur.

Livia Turco. Pour défendre le droit des mères qui allaitent demander, "est interdite toute type de publicité en plus de nourrissons, les préparations de suite et les autres produits laitiers, ainsi que les biberons et les tétines; pas de nourriture ou de boisson, à l’exception de l’enfant, peuvent être étiquetées et commercialisés pour les nourrissons de moins de six mois; que, sur les étiquettes des préparations pour nourrissons en poudre pour être écrit, en caractères bien visibles qu’il n’est pas des produits stériles, et que les instructions pour la préparation doivent être appropriées aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé, 2007; qui est interdite de tout contact (direct, par courrier, par internet) entre les entreprises et les parents, et l’utilisation de la même indirect, les installations et les fournisseurs de soins de santé pour les mêmes fins; que toutes les femmes, y compris des femmes, des travailleurs, des précaires et autonome, pour être autorisé à décider si, où, quand, comment, combien et combien de temps pour allaiter." (1)

Info: Le code International de l’OMS/UNICEF Le Code Violé 2004

1. Communiqué de presse de MAMI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^