Le diabète juvénile: plus de synergie entre ceux qui prennent soin des petits patients

Elle affecte plus souvent les enfants âgés de 5 et 6 ans et entre 10 et 14 ans et est en forte augmentation: on parle de diabète de type 1, aussi appelé juvénile chronique, une maladie métabolique la plus fréquente de l’enfance. Cette maladie nous oblige à recourir à des injections quotidiennes d’insuline, des vérifications quotidiennes des niveaux de glucose de sang, et le soin apporté à l’alimentation, pèse lourdement sur la vie quotidienne des jeunes.

Grandir avec votre diabète aujourd’hui est plus facile que dans le passé, grâce aux efforts des associations de patients, mais compte tenu de l’incidence croissante du problème dans le monde et en Italie, vous avez besoin de faire plus. Le but dans les derniers jours, les grandes associations ont organisé la rencontre “Les enfants atteints de diabète dans la vie quotidienne“, au cours de laquelle il a été également présenté une étude réalisée sur un groupe de jeunes diabétiques et à leurs parents. À travers l’analyse de dessins et de graphiques des tests effectués par le petit, il a été possible d’observer que les enfants atteints de diabète montrent une bonne adaptation sociale, mais aussi un peu d’anxiété trait et l’introversion. Le vécu des parents, à laquelle ils ont été soumis des questionnaires, a permis de mettre en évidence les questions liées en particulier à l’école et de l’inclusion dans les activités sportives.

Il est donc nécessaire de travailler à encourager une plus grande synergie entre les différents chiffres qui traitent avec le diabète pédiatrique non seulement pour assurer la bonne intégration scolaire, mais aussi de soins de santé se poursuit, avec pas moins traumatisante structures, de pédiatrie et ceux pour les adultes. Tout doit tourner pas autour de la maladie, mais autour du patient, en visant un plus grand niveau d’information à tous les niveaux (de l’opinion publique jusqu’à la chiffres de référence, tels que les enseignants, les travailleurs de la santé et les parents eux-mêmes, en essayant de surmonter les encore trop de difficultés dans l’obtention de la thérapeutique des appareils et des systèmes innovants de surveillance du glucose de la dernière génération (tels que les appareils autopiqueur plus sécuritaire et plus confortable), qui réduisent au minimum les perturbations pour les enfants. “Les signes de la dernière Plans de Santé Nationaux 2003-2005 et 2006-2008 mis en évidence la nécessité de créer une reprise de la collaboration entre les différentes parties prenantes, non seulement en provenance du monde de la santé, de mettre en œuvre un vaste nature des interventions, en soulignant dans le même temps, le rôle d’un responsable des Associations,” il a souligné, au cours de la réunion, Paola Pisanti, Président de la Commission Nationale sur le Diabète pour le Ministère de la Santé. Image tirée de:Universonline.il

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^