Le livre Blanc pour les malades chroniques

NOPAIN – Le "Livre Blanc" pour les établissements impliqués dans le traitement de la douleur a été présenté à Milan au cours des derniers jours et contient le récit d’une enquête descriptive des structures qui en Italie sont impliqués dans le traitement des patients souffrant de douleur chronique.

Très peu de résultats encourageants, les installations sont insuffisantes pour la nécessité, et peu de ressources dans le seul but de prendre soin des malades chroniques et de fournir des installations pour les soins palliatifs.

L’organisation des structures existantes n’est pas toujours coordonnés, ce qui offre de service à la fragmentaires et parfois contradictoires ou de chevauchement des demandes, avec pour conséquence de service est inégal et les lacunes dans le service.

Critique sévère de l’Association italienne pour les Soins de la Maladie et de la Douleur, qui vise à protéger les intérêts de 10 millions d’italiens qui ont été malades avec les maladies qui impliquent la douleur chronique.

Le livre blanc, comme l’a été nommé, sera présenté dans les grandes villes italiennes, pour donner un aperçu exhaustif de la situation actuelle, les prochaines étapes, Turin et Naples.

Les établissements qui ont la charge de la douleur chronique, comme décrit dans le livre, sont à moins d’un pour chaque 250 mille habitants, en particulier de 0,66 à 250 mille habitants. Les médecins spécialistes sont toutefois de 1,2 à 250 mille habitants.

Ne sont pas fournis, l’ensemble des données de ressources économiques qui dépendent de la situation de chaque région, tandis que la vue d’ensemble est de fournir quelques possibilités de développement, même si la demande est très élevée.

Quand il s’agit de la question de la douleur chronique, nous avons tendance à penser de soins palliatifs pour les patients atteints de cancer, et non pas au lieu de vous occupe le Livre blanc. Le livre blanc décrit l’ensemble de ces cas dans lesquels la douleur est NON néoplasiques, puis d’invalidité permanente, de douleurs rhumatismales, de la vieillesse, avec des complications de divers types, des douleurs d’origine de traumatismes, de maladies chroniques non cancéreuses.

La douleur est une limite au delà de laquelle il s’aventure rarement à l’enquête dans les médias, pourquoi parler de la douleur implique le traitement d’un cas-par-cas, ceux qui sont les patients, les malades, les thérapies, les besoins.

Ce qui est certain, c’est que le Livre Blanc de la NOPAIN Onlus, l’Association italienne pour le traitement de la Maladie de la Douleur est destiné à devenir un exemple de recherche médicale dans la science de la planification de la politique et de la santé. Loin d’être un livre de plainte fournit du matériel pour la conception des choix économiques et des dispositions administratives des pays dans le domaine du traitement de syndromes de la douleur, et le développement d’installations appropriées pour le cas où: c’est la première étude à traiter la douleur non-néoplasiques et de ses barrières.

Les structures étudiées sont celles qui traitent de la douleur dans son ensemble: les niveaux de classification des structures de 1 à 3. Dans les structures de travail afin de prévenir, traiter, enquêter et faire de la recherche sur la douleur sont appliquées dans les techniques de soins palliatifs, typique des stades avancés de la maladie chronique et/ou dégénératives. La préparation de la culture du pays pour ce type de soins est encore à créer, il n’y a toujours pas de stratégie qui vous permet de définir les Soins Palliatifs à un autre traitement de fin de vie, au lieu de cela, le Livre Blanc ne les traitent pas.

Le livre blanc de l’est, au lieu de cela, les maladies chroniques, et les structures qui permettent d’adapter les services en faveur des patients qui doivent recourir à des soins à l’hôpital, des visites régulières, l’hospitalisation, et n’a pas actuellement de solutions de rechange aux soins traditionnels, avec toutes les difficultés de l’affaire: le coût, le temps, même si sgravabili, de la disponibilité des installations, les interminables files d’attentes, les prescriptions, les risques de perte d’emploi et à l’autonomie, etc..

L’enquête a été certifié par la société SPC Srl de Milan, a également mis en évidence une hétérogénéité marquée des services offerts aux patients, à différents niveaux, à la fois en termes de caractéristiques organisationnelles, les interventions prévues, les ressources disponibles, que ce soit pour les noms adoptés par ces mêmes structures.

Selon Oscar Giannino, l’auteur de la préface du Livre Blanc, “c’est une guerre culturelle, même avant la chimio-et la neuro-pharmacologiques. Comme toutes les guerres et culturel, aura besoin d’une longue période d’engagement avant de porter ses fruits. Info sur http://www.nopain.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^