Le trafic d’organes à la hausse: l’alarme Qui

L’Oms (Organisation Mondiale de la Santé) lance un cri d’alarme: le trafic d’organes est à la hausse. Malheureusement, beaucoup de gens sont prêts à payer de l’argent bon, juste pour avoir un corps et d’être en mesure de, ou être en mesure de soumettre votre propre famille pour une greffe. Pour atteindre cet objectif, nous nous tournons de plus en plus pour les organisations criminelles, qui, grâce à une contrebande de gérer de créer un vrai métier et de ses organes, profitant du désespoir à la fois économique et de la santé de la population. L’un des organes les plus “à la demande” et “vendu” sûrement, selon les statistiques, il y a les reins. Ce dernier, en effet, a été l’objet d’un commerce illicite et d’un mécanisme d’étrangers scandaleux.

La contrebande internationale

traffico clandestino internazionaleRécemment, il a été arrêté un israélien accusé d’avoir organisé le trafic d’organes en 2008. Le corps a dû être effectuée à la Medicus à Pristina, au Kosovo, une clinique privée. Dans cette structure ont été greffes par le règlement des sommes élevées pour les patients qui ont subi l’opération. En effet, outre le “courtier” est en vertu de l’acte d’accusation, également chirurgien, turc, Yusuf Sonmez, surnommé "Dr Frankenstein", qui serait le médecin qui a effectué les explants (au moins 30). Sept autres personnes, de nationalités du kosovo, sont déjà dans la cellule. Les bailleurs de fonds, la plupart du temps économiquement dans la pauvreté, certaines zones de l’est de l’Europe, en vertu de la promesse (presque jamais maintenu) une indemnité de 15 milliers d’euros à l’orgue a subi une explantation. Après que les organes ont été revendus à un prix élevé (environ 100 mille euro) pour les patients, en particulier les israéliens, qui l’a réclamé. La circulation est dangereuse et illégale qui a été spéculé sur le désespoir et la maladie des gens, bloqué pour la bonne chance, en 2008, à l’aéroport de Pristina, grâce à l’identification d’une personne en mauvaise santé caractérisé par une nouvelle cicatrice à la hauteur des reins.

L’alarme lancée par l’Oms

allarme lanciato omsEn dépit de cet épisode dans les années 2006-2007, la circulation a été réduite par rapport à d’autres périodes. Maintenant, au lieu de cela, selon les dernières données de l’Oms, le trafic illicite serait de nouveau à la hausse. Comme mentionné précédemment, l’organe le plus besoin est le rein (on parle même de 75%) compte tenu de son implication dans de nombreuses maladies, comme le diabète, les troubles cardiovasculaires, l’hypertension artérielle. Dans la seule année 2010, le nombre d’interventions dans la greffe de rein est un état de 73.179 (68,5%), dont beaucoup ont fait possible de le trafic illicite. Le gain pour les trafiquants est évident alors que la sécurité des organes explantés et les opérations qui sont réalisées de manière illégale pourrait causer des problèmes pour les patients. Les Pays les plus impliqués dans ce “tourisme de greffes” d’organes sont la Chine, le Pakistan et l’Inde, mené par un groupe criminel international, difficile, mais pas impossible à identifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^