Maladie de Parkinson: les femmes dans la prévention, avec des fruits de la forêt

Contre la maladie de Parkinson chez les femmes, il peut permettre une prévention adéquate de l’utilisation des fruits de la forêt. Et c’est la conclusion à laquelle il est arrivé à une étude menée par la Harvard School of Public Health de Boston, qui a pris en considération un certain nombre de sujets, qui ont été suivis pendant 20 ans, à l’égard de la consommation de flavonoïdes.

Gardez à l’esprit que les fruits et les légumes ne doivent jamais être absent de notre table. En particulier les fruits et légumes de saison devrait toujours être pris en compte dans notre régime alimentaire pour leurs propriétés saines. Si les femmes sont essentiels dans les baies, la recherche a montré que les hommes, au contraire, parviennent à mettre de l’avant une bonne prévention contre la maladie de Parkinson en mangeant des oranges, des pommes et d’autres aliments qui contiennent de grandes quantités de flavonoïdes. Découverte intéressante, qu’une bonne loi, peuvent être faites pour s’adapter entre les découvertes scientifiques les plus récentes sur la maladie d’alzheimer.

La recherche a identifié une corrélation étroite entre la consommation de nourriture en mesure d’apporter à notre corps les antioxydants dont il a besoin et l’apparition des maladies neurodégénératives. Plus précisément, les hommes qui prennent régulièrement des fruits et légumes sont soumis à un risque égal à 40% moins engager dans la maladie de Parkinson. Chez les femmes un rôle de premier plan contre la maladie, grâce à leurs effets neuroprotecteurs, serait composé d’une classe spécifique de flavonoïdes, les anthocyanes, présent en grande quantité dans les fruits de la forêt. Une prévention naturelle en bonne santé, nous devrions tous prendre en compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^