Polyarthrite rhumatoïde: les facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires graves

Jusqu’à il y a dix ans les médecins face à un patient souffrant d’arthrite rhumatoïde, l’arrêt de la prise de conscience de la détérioration de sa qualité de vie en raison de la maladie, rassicuravano le malade sur le fait que la maladie dont ils souffraient n’aurait pas pris un seul jour de la vie que la perspective qu’il a été. Mais de nouveaux progrès scientifiques ne sont pas pour rien, d’accord avec cette théorie.

Eh bien, un autre peut être l’avenir d’un patient souffrant de polyarthrite rhumatoïde, à la lumière des connaissances acquises sur le danger de la maladie pour les conséquences possibles de la circulation sanguine; en bref, un patient souffrant de polyarthrite rhumatoïde est en même temps un patient à risque cardio-vasculaire, et peut aller à la rencontre de la mort pour cette cause.

Je suis convaincu que les chercheurs de la Mayo Clinic à Rochester, qui aurait détecté l’inflammation provoque de patients atteints d’arthrite rhumatoïde expose le patient à un risque accru de maladies cardio-vasculaires qui peuvent conduire à la mort. Ce résultat serait venu après avoir observé les 603 patients pour une longue période de temps, une quinzaine d’années, et en notant leurs dossiers médicaux au cours des admissions à l’hôpital, qui ont été soumis à et pas seulement que, pour beaucoup de patients qui sont décédés, il est fait référence à des certifications de la mort, qui ont témoigné à la cause de la mort.

L’étude constate que, depuis l’origine nombre de patients qui ont été suivis de 15 ans après, ils étaient morts, 354 et 176 la cause était due à la nature du système cardio-vasculaire. Il en résulte que la suite de l’étude, il a été possible d’élaborer de nouveaux facteurs de risque associés à la mort; tous ces facteurs doivent être pris en charge avec soin, selon les chercheurs, et qui consistent, en premier lieu, un pré-existantes du possible, les maladies cardiaques, aggravée par l’habitude de fumer, ainsi que, le diabète représente pour ces patients, un risque supplémentaire qui est tout sauf secondaire; les autres principaux facteurs de risque sont représentés par une maladie cérébro-vasculaire, maladie pulmonaire chronique, la démence, les ulcères, tumeurs malignes, les maladies des reins, du foie et des antécédents d’alcoolisme derrière.

Constituent des facteurs de risque supplémentaires, une augmentation significative de l’ESR dans le sang chez les patients atteints de vascularite et les maladies pulmonaires. Les conclusions sont ceux selon qui devient le thème central de la garde de cette importante maladie auto-immune avec l’utilisation des progrès les plus récents de la pharmacologie et de la clinique, ainsi que devient essentielle chez ces patients, le traitement de ces conditions est accompagnée par la suppression de tous ces facteurs de risque avant de les mains dans le but de prévenir le risque d’accidents de la nature cardiovasculaire, qui, dans certains cas entraîner la mort du patient. Maradit-Kremers H et al, Arthr Rheum 2005; 52: 722-732

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

^